Bien que les travaux sur le terrain actuel de notre Temple aient commencé avant la création de notre loge en 1881, il faudra attendre 1906 pour que ce temple soit terminé ...

Les Journées du patrimoine nous ont amenés à rechercher dans les archives de notre loge et nous avons retrouvé quelques pages de cette histoire, témoins de cette chaîne qui nous vient du passé et tend vers l'avenir ...

Pendant ces 25 ans qui séparent la création de la loge de l'ouverture de notre Temple, la loge s'établit dans différents lieux provisoires : un premier local situé 71 avenue du Perreux à Nogent (à cette époque la Ville du Perreux n'existait pas encore) , ensuite un entrepôt 101 rue de Paris prêté par un Frère épicier négociant et enfin une salle de banquets prêtée par un Frère propriétaire de salles pour noces et banquets et d'un café restaurant.

Nous n'avons pas la date exacte du début des travaux mais ils durent commencer vers les années 1877-1878 ; en 1879, un procès verbal signale qu'une certaine Blanche Eugénie ... eut des faiblesses avec certains Frères qui construisaient les fondations du futur Temple.

Il y a eu malentendu sur malentendu, manque d'argent à plusieurs reprises, manque de parole de certains Frères entrepreneurs et puis, surtout, l'achat du terrain non concrétisé ...  des promesses de "belles dames", mais rien de plus et ce n'est que le 18 Décembre 1906 que le bâtiment enfin terminé fut inauguré par le Président du Grand Orient de France de l'époque qui déclare : "Ah qu'il est joli le petit Temple du Perreux".

Et au vu des documents d'archives, c'est vrai qu'il était joli et bien décoré :

  •  de beaux plateaux en chêne sculptés et décorés à l'or fin,
  •  un beau fauteuil de Vénérable Maître sculpté, 6 fauteuils d'Officiers, 84 Chaises en chêne et cuir,
  •  2 colonnes de métal imitant le bronze,
  •  une bannière en soie blanche, avec des franges fil d'or, un don d'une Loge du Mexique,
  •  des tableaux symboliques,
  •  50 glaives, un candélabre en bronze, 6 flambeaux en bronze.,
  •  un buste de Marianne,
  •  un buste de Jacques de MOLAY (dernier Grand Maître des Templiers, brûlé vif en 1314)

Nous ne parlerons pas du matériel hôtelier de valeur pour 60 convives, une bibliothèque contenant 250 volumes philosophiques et des volumes rituéliques, reliés, Nous ajouterons un billard russe et un tapis en laine, un damier noir et blanc de 10 m x 5 m.

Le tout était estimé en 1939 à 130.095 Frs ...

La Seconde Guerre Mondiale commence ... Hélas, après quatre ans d'occupation, il ne restait rien, absolument rien dans le Temple.  Tout était désespérément vide, toutes les pièces de l'immeuble dans un état de saleté, de délabrement total, la peinture des murs souillée, le parquet aussi. Des trous de balles tirées dans les murs, dans le plafond.

Alors quoi faire ?
Des Frères courageux se sont mis au travail pour remettre notre Temple en état !

D'après les travaux de notre Frère Michel réalisés en 1981 à l'occasion du centenaire de notre loge.