A travers de multiples littératures, le voyage est la recherche d'un trésor, d'une connaissance concrète ou spirituelle. Sur le plan symbolique, cette expérience peut se résumer dans la quête d'une vérité, de la paix, dans la recherche de l'immortalité, la recherche et la découverte d'un centre spirituel.


Plus encore qu'un simple déplacement local, le voyage peut exprimer un désir profond de changement intérieur, un besoin d'expériences nouvelles, traduire une fuite de soi qui peut être interprétée comme une insatisfaction, le rêve d'inconnu plus ou moins accessible.

Il existe une phase préparatoire, indispensable en amont de chaque voyage. Pour celui ou celle qui doit l'accomplir, elle peut se concrétiser par la préparation de son itinéraire, la réunion d'objets qui lui seront nécessaires, se préparer à vivre une transformation qui s'opère par le passage d'un état passif à un état dynamique et l'acquisition de connaissances.

Un voyage se résume à une transformation qui s'accomplit à partir de trois facteurs: le temps, l'action et le lieu.

Le temps qui n'a pas la même échelle dans l'univers profane et l'univers maçonnique. Dans le premier, il est synonyme de vitesse, précipitation, compétition, excès tandis que dans le second il est plutôt synonyme de mesure et de sérénité.

L'action qui émane d'une démarche volontariste à partir d'un désir profond de changement place le Maçon dans un état de chercheur itinérant. Toute recherche qui a pour objectif d'être bénéfique est difficile, voire impossible si les a prioris ne sont pas exc1us de l'esprit au moins partiellement. Ce processus de déconstruction est nécessaire avant un travail de reconstruction.

Le lieu ...

Benoît - extrait d'une planche