La Franc-Maçonnerie reconnait à chacun le choix de ses convictions politiques et religieuses ... Et cette liberté lui a attiré les foudres de religieux plus ou moins intégristes.

Le Grand Orient de France a inscrit dans sa Constitution la liberté de conscience :

" La Franc-Maçonnerie... a pour principes la tolérance mutuelle, le respect des autres et de soi-même, la liberté absolue de conscience.

Considérant les conceptions métaphysiques comme étant du domaine exclusif de l'appréciation individuelle de ses membres, elle se refuse à toute affirmation dogmatique. "

Certaines obédiences maçonniques obligent le candidat à croire en une religion mais, au Grand Orient de France, nous laissons le choix à chacun de croire ou de ne pas croire ...

 

Certes, dans l'Histoire, les relations entre la Franc Maçonnerie et les religions chrétiennes n'ont pas toujours été simples car la Franc Maçonnerie s'est toujours opposée à l'intégrisme religieux aveugle :

  • La Franc Maçonnerie s'est créée au XVIIIe siècle en Angleterre pour réunir des hommes de bonne volonté ayant des religions différentes mais mus par la même volonté de construire la paix dans un pays déchiré par les luttes partisanes. Certains membres du clergé étaient Francs-Maçons.
  • En France, les Franc-Maçons se sont battus pour la défense de la laïcité ; ils se sont battus auprès des hommes politiques pour la promulgation de la loi de 1905 pour la séparation de l'Eglise et de l'Etat.
  • Les Francs Maçons se battent aujourd'hui pour la défense des libertés de chacun et cette lutte s'inscrit parfois contre les certains idéaux religieux ; ainsi les Francs Maçons étaient pour l'avortement, pour laisser le choix à la femme d'avorter ou non.


Ce rejet de tout dogme, cette volonté de réunir les hommes en dehors de toute conviction religieuse, cette lutte pour la liberté indivuelle ont amenés quelques religieux obtus à vouloir excommunier les Francs maçons. Certes la Franc Maçonnerie invite le maçon à remettre en cause tout dogme, non pour les rejeter mais, par exemple, pour remplacer une croyance aveugle par une croyance plus raisonnée.

Arthur